3:12 pm
ON
Sunday
18
March 2018
|

Atoute vitesse

Le pilote normand de 22 ans va demarrer la saison de Formule I comme titulaire au sein de l'ecurie Toro Rosso. II puise fougue et energie chez ses proches

Sa vimssemble Oun jeu de pistes. Celles des circuits, qu'il arpente depuis son premier kart, obtenu a Noel 2004 avec un moteur semblable a celui d'une tondeuse a gazon. Celles des aeroports. En 2017, Pierre Gasly est grimpe 110 fois a bord d'un avion, quatre de plus que l'annee precedente. « C'etait devenu un jeu, je notais chaque destination dans man iPhone », sourit le garc;:on de 22 ans, ambitieux et decontracte. Qui, sitot avale son jus de tomate clans ce bar d'hotel de Roissy, s'apprete a rallier l'Angleterre. Des seances a Milton Keynes sur le simulateur de son equipe, puis direction la Finlande pour une batterie de tests medicaux a Helsinki. Le natif de Bois-Guillaume, sur !es hauteurs de Rouen, a le gout du voyage. II se partage entre la France, l'An­gleterre, ou ii s'entraine, Milan, siege de son ecurie, et le Japon, OU ii a tant brille : ii a termine la saison derniere deuxieme de Super Formula, la Fl a la sauce nippone, avec le team Mugen Honda. Sa trajectoire est meteorique. Mais son ascension dument program­mee. « Depuis tout petit, je cultive un esprit de vainqueur, assene­t-il. Dans ma tete, tout est tres clair. A 6 ans, je revais de piloter une Formule l.Aujourd'hui, man objectif est d'etre champion du monde. » 

Lance clans !'elite du sport auto­mobile le 1 e, octobre en Malaisie, Pierre Gasly a dispute cinq Grands Prix, signant une pointe a 366 km/h au Mexique. L'ecurie Toro Rosso, qu'il a rejointe en 2014 avant d'etre promu pilote de test et de reserve, !'a confirme titulaire pour la saison qui demarre le 25 mars a Melbourne, enAustralie. Precoce, ii !'a toujours ete. Couve, egalement. Chez !es Gasly, la voiture est un art de vivre, une passion atavique. Son grand­pere a ete en equipe de France de karting. Son pere a pratique le rallye et ]'endurance, concourant aux 24 Heures de Spa. II a arrete la competition quand sa femme attendait Pierre, dernier d'une fratrie de cinq. Que des garc;:ons. Tous ont tate du kart, sauf un, qui n'a eu son permis qu'a 23 ans et prefere le golf. 

Pierre, lui, a plonge sans reserve clans la passion familiale. A 30 mois, ii reclame une coupe a l'un  de ses freres vainqueur d'une course pour son aide a la mecanique. II gran­ dit au rythme des exploits de Michael Schumacher. « Nous dejeu nions le dimanche  devant /es courses et je disais a mes parents: "Mai aussi, je veux gagner chaque weekend, comme lui !" » « Tres vite, ii nous a harceles pour qu'on lui achete un kart», raconte sa mere.« Seulement si tu es premier de la classe lui a­t-elle lance. Elle ajoute: « JI a re/eve le defi ! » 

Elle n'a jamais transige avec es etudes. Parti de la maison a 13 ans pour integrer un internat au Mans propose par la Federation de sport automobile, qui avait repere ses talents en Normandie, 

Pierre a decroche en candi­ dat libre son bac ES avec mention. Solide, prepare a la notoriete, ii apprecie de varier !es experiences. II est ainsi intervenu en janvier au Forum economique mondial de Davos, en anglais, face a des decideurs, sur la concentration en situation extreme et la visuali­sation de l'activite cerebrale. « J'ai passe deux jours en Suisse, entoure de grosses tetes a cote de qui je fai­sais pale figure. J'ai surtout ecoute et c'etait passionnant », resume­t-il. « II me bluffe par sa mentalite, ii a des capacites intellectuelles hors normes. Ce/a m'oblige a etre a sa hauteur, car ii est exigeant avec lui-meme et ceux avec qui ii tra­vaille », s'enflamme sa maman. Elle parle d'experience. Elle s'est tot echinee a demarcher des sponsors, preparant des plaquettes consa­crees a son fils, assurant sa promo. Elle l'envoyait aussi au feu au Salon de ]'automobile a Paris. « A 9 ans, elle m'a dit d'aller toquer aux portes avec man dossier. J'ai du apprendre des le debut a me vendre », se sou­vient Pierre. II a demarre le sport par le hoc­key. Pose sur la glace avant 3 ans. L'histoire s'arrete quelques mois plus tard, quand l'entraineur lui affirme qu'il est trop petit. Place au football, clans l'equipe de Bois­Guillaume, ou ii joue ailier droit jusqu'a 11 ans. Mais !es competi­tions de kart l'accaparent de plus en plus. Adieu done a regret au ballon rond pour le supporter du Paris­Saint-Germain et ami d'Adrien Rabiot, le milieu de terrain du club parisien. Ils se sont rencontres ii ya deux ans par l'intermediaire de leur avocat, le maire de Saint-Germain­en-Laye, Arnaud Pericard. Comme Rabiot, Pierre Gasly semble sur de son destin. Les faits lui donnent jusqu'ici raison.

Sur le podium du championnat de France Formule 4 a 15 ans, plus jeune champion d'Europe de Formule Renault deux ans plus tard. En 2014, ii rejoint le casting de la Red Bull Junior Team, qui le propulse sur Toro Rosso. Aujourd'hui, ii a pour collegues ceux qu'il regar­dait avec de gros yeux, tels Lewis Hamilton, Sebastian Vettel ou Fernando Alonso, tous champions du monde. « 

Je me bagarre desor­mais avec eux sur la piste, savoure­t-il. Entre pi/ates, /es relations sont bonnes, mais ra reste un environ­nement concurrentiel. Je connais bien celui dont j'ai pris la place. Nous sommes d'abord rivaux, ce qui n'empeche pas de faire la part des choses. » II a ainsi passe le Nouvel An aux Etats-Unis avec le Beige Stoffel Vandoorne, qui court sur McLaren. 

Sur Jes circuits, sa famille s'evertue a le suivre. Sa mere, vie­time d'un spectaculaire accident de voiture en 2016 en voulant rejoindre la piste de Silverstone en Angleterre, a malgre !es sequelles a peine ralenti le rythme. Son pere, qui s'est prive d'avion pen­dant vingt-cinq ans apres trois enormes frayeurs successives, s'y est remis. Jusque-la, ii roulait souvent seul 150.000 kilometres par an en voiture pour encourager Pierre. Dans le desert d'Abu Dhabi, en novembre 2017, pour le dernier Grand Prix de la saison, ses parents etaient la, de meme que trois de ses freres. Tous sont epanouis clans leur profession: designer chez Decathlon, informaticien, gerant de portefeuille, chasseur de tete clans le sport. « Abu Dhabi etait /'occasion, rare, de se retrouver taus ensemble. Nous etions a la fois en vacances et en pelerinage », glisse Philippe, consultant chez Sportcarriere, sept ans de kart. « Leur presence est importante, ils ant /'reil, comprennent ce que je vis. Je suis content de leur faire partager ra de l'interieur, de /es voir dans le paddock avec moi », precise Pierre. « Je ne mene pas une vie normale. Mais c'est celle que j'ai toujours voulu avoir », ajoute-t-il. •